Le Gouvernement espagnol met en péril l’être vivant le plus grand du planète: un exemplaire de Posidonia oceanica de 100.000 d’années qui a une extensions de huit kilomètres

De grandes infrastructures portuaires, innécessaires et coûteuses, qui auront une répercussion ambientale très négatives, posent la spéculations et les interêts financiaires au-dessus des valeurs naturelles et de la protection ambientale.

Les prairies de Posidonia oceanica qui existent dans la Méditerranée sont considerées, en ce qui concerne la biodiversité et la productivité, comme un des ecosystèmes les plus importants du planète. Cette merveille de la nature forme entre Ibiza et Formentera une des prairies ininterrompues la plus grande du monde. Elle a une extension de 700 kilomètres carrés..

Cette prairie, qui possèdent un exemplaire de Posidonia oceanica de huit kilomètres de longue, est sérieusement en péril. L’activité humaine et la manque d’actions pour achever sa protection effective entraînent déjà maintenant la désapparition de 3% de cettes prairie par an.

660.000 m3 de boue contaminée dans la mer met les prairies de Posidonia oceanica en péril

Un projet de lÉtat Espagnol qui consiste en travaux de construction dans le port de l’île d’Ibiza peut représenter la menace definitive pour ce trésor naturel, parcequ’il prévoit le versement à la mer, à l’est de la côte de l’île voisine Formentera, de 600.000 m3 de boue contaminée procédente de la drague.

Hors de la contamination que provoquera cette boue, le versement produira aussi la dispersion et le dépôt des restes d’une algue hautement envahissante, la Caulerpa racemosa, qui se trouve à l’intérieur du port d’Ibiza. A la mer ouverte elle mettra en péril les conditions de conservation des prairies de Posidonia oceanica.

Les prairies de Posidonia jouent un rôle important dans les ecosystème marine et dans la regénération des plages et elles sont un habitat naturel de plus de 720 d’espèces d’organisme sans conter les poissons qui s’y alimentent ou se refugent entre ses feuilles.

Une preuve pour l’haute valeur des prairies de Posidonia oceanica menacée par les œuvres planifiés pour le port d’Ibiza est sa catalogation comme Lieu d’Interêt Communautaire (LIC) selon la Directive d’Habitats de la UE et comme Patrimoine Naturel Mondial par la UNESCO. En plus elles sont incluses dans le Parque Naturel des Salines d’Ibiza et Formentera.

Il y a d’autres alternatives

L’état espagnol justifie le projet du port d’Ibiza avec la nessécité d’agrandir et moderniser les instalations portuaires. Le projet, valoré en 116 millions d’euros, a été confectionné soi-disant avec ce but.Mais il y a d’autres alternatives beaucoup plus économiques et surtout beaucoup plus respectueux avec l’environnement, que personne a voulu étudié. Pourquoi?

L’île d’Ibiza a souffert d’une manière terrible la fièvre de la speculation urbanistique et de la corruption dans les institutions.

La côte a été chatiée par l’urbanisation sauvage et le territoire fut objet d’œuvres pharaoniques, complètement démesurées pour une île pas plus grande que 540 km2. Maintenant le cauchemar continue avec le projet d’agrandissement du port de la ville d’Ibiza.

Toutes les conséquences sont négatives

Le projet que l’état espagnol veut réaliser est un péril pour les prairies de Posidonia, mais ce n’est pas tout. Pour pouvoir achever les œuvres, il faut extraire 1.000.000 m3 de gravier des carrières de l’île, c’est à dire des montagnes entières disparaîtront littéralement; la superficie du port sera reduite à cause d’une plate-forme de béton de presque huit héctars; elle détruira la vue sur les biens declarés Patrimoine Historique Mondial – la citadelle d’Ibiza – et aura pour conséquence, à longue vue, la disparition de l’importante zone humide de Ses Feixes, parceque l’état espagnole y construira, dans un futur, les routes d’accès aux nouveaux installations portuaires. D’autre part, comme le reconnaît l’état espagnole, le port d’Ibiza perdra de securité. D’un port qui est consideré 100% protégé, il se convertirá en un port “presque toujours” sûr, à cause du vents de sur. Tout ça pour permettre que le developpement insoutenable associé à la speculation sauvage avec le territoire de l’île d’Ibiza puisse continuer.

Le moment de mettre un terme est arrivé. Nous avons besoin de ton appui.

Aide-nous à sauver la Posidonia, à sauver Ibiza. Envoye ta protestation.